peche.png

Le pêcher doit son nom latin prunus persica à ses origines perses même si les botaniques précisent qu’il existait déjà il y a plus de 3.000 ans au nord de la Chine où on le surnomme « arbre de vie ». Cultivé depuis l’Antiquité dans le bassin méditerranéen, il l’est aujourd’hui sur tous les continents où la chair juteuse de ses fruits fait l’unanimité. Haut de 2 à 7 mètres, à port étalé et à croissance rapide, il porte des feuilles caduques au léger parfum d’amande. Au printemps, ses fleurs roses embellissent le jardin tandis qu’en été, ses pêches généreuses régalent petits et grands gourmands.

 

Porte-greffe

Le greffage consiste à placer sur un plant (le porte-greffe) un bourgeon ou un tronçon de rameau portant un ou plusieurs bourgeons (le greffon). Cette association permet de réguler la vigueur de la plante, favoriser une meilleure résistance aux maladies et aux parasites et mieux s’adapter à la nature du sol.

Les plus fréquents :

Le franc de pêcher :
Vigoureux / mise à fruit rapide / sol sain, profond et non calcaire

Le prunier Saint-julien :
Compatible avec les greffons de pêcher / de vigueur moyenne / mise à fruit très rapide / sols lourds et peu calcaires

L’amandier ou hybride amandier pêcher :
Sols secs et calcaires

 

peche-fleur.png

Exposition         

Plantez votre pêcher en plein soleil, à l’abri des gelées en raison de la précocité de la floraison et de la frilosité de l’arbre. Parce qu’il aime la chaleur, il se plaît dans le sud mais peut aussi vivre au Nord à condition de le palisser contre un mur au soleil.

 

Taille

Un entretien périodique est nécessaire car la taille d’un pêcher fait partie des facteurs d’optimisation de la production de cet arbre fruitier.

Elle se fait dès sa 2ème de plantation avec un sécateur désinfecté et lors d’une journée sans pluie. Cet entretient coïncide de préférence avec le traitement de désinsectisation pour protéger le plant des cloques ou autres maladies qu’il peut subir.

Traitementspechefruit.png

Début févier, traitez votre arbre contre les œufs de puceron et d’araignées rouges.

En mars, avant la naissance des feuilles, pulvérisez une bouillie bordelaise contre la cloque de pêcher, l’affection la plus courante. Il est également préventif contre la maladie criblée, ou corynéum et contre la moniliose.

En avril et mai, vaporisez un produit universel qui se chargera des pucerons, chenilles, odïum, tordeuse orientale…

En juin, pulvérisez un répulsif contre les guêpes, mouches méditerranéennes, tordeuses orientales et mineuses.   

En juillet, après la cueillette, pulvérisez un produit total contre l’odïum, la maladie criblée, la rouille et l’araignée rouge. Vous pouvez renouvelez l’opération en août.

En novembre, effectuez 2 traitements de bouillie bordelaise, espacés de 15 jours, en prévention contre la cloque du pêcher et la moniliose.